Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La journée de Thomas (jeudi, 11 mai)

Publié le par Saintex

Aujourd'hui, moi (Thomas) je vais vous partager ma journée et mon expérience à la Pointe du Hoc. Comme j’ai présenté le sujet à la classe je dois écrire sur la Pointe du Hoc. Arrivés à Omaha Beach on pouvait déjà voir la Pointe du Hoc au loin et nous pouvions voir des canons comme fortifications à des kilomètres de loin. Alors imagine le 6 juin 1944, tu arrives à la Pointe du Hoc, les troupes de renforts ne viennent même pas, tu es seulement 250 rangers contre une armée d’Allemands, ils ont les canons et de la fortification pour des kilomètres et tu dois escalader une falaise de 35 mètres. Malgré tous ces désavantages, les Américains ont quand-même gagné la guerre. Une majeure partie en bombardant le site. La seule chose qui me créait de l'excitation pour aller sur le site était de voir les trous de bombes. Arrivés là tu pouvais déjà voir plein de trous de bombes. J'aimais voir comment creux dans le sol les bombes se rendaient. Il y avait des bombes qui arrivaient facilement à créer des trous de 6 mètres. C’était incroyable! Ma partie favorite du site était les bunkers il y en avait partout, il y en avait même des bunkers super bien cachés. Moi et Alexandre B. sommes entrés dans un bunker super bien caché et on a passé devant une salle et une lumière au hasard s’est allumée. On a eu tellement peur que nous sommes partis en courants. J'aimais aussi voir les techniques de guerres des Allemands. Dans les bunkers ils avaient des trous d'une salle à l'autre pour des grenades. Comme ça, si l'ennemi essayait de détruire la porte, il pouvait lancer une grenade pour empêcher l'ennemi de réussir. Il y avait aussi du fil de barbe pour forcer l’ennemi d’entrer par l’entrée mais il y avait des mini trous dans les bunker qui visait sur l’entrée où tu pouvais insérer un fusil et tirer. Alors on pourrait dire que les bunkers était très difficiles d’accès pour l’ennemi ou était même inaccessibles.

Commenter cet article